News

News » Article

«Le CCF est une option extrêmement rationnelle»

Ernst A. Müller était le Directeur de 2010 à 2021 de l’Association professionnelle InfraWatt.

Les stations d’épuration recevront-elles toujours encore des subventions de la Confédération pour l’exploitation énergétique du gaz de digestion? Ernst A. Müller, Directeur de longue date de l’Association faîtière InfraWatt, relate dans l’interview les chances qu’aura le projet au Parlement. Il considère la production d’électricité issue des gaz de digestion comme étant un avantage par rapport à l’alimentation dans le réseau à gaz naturel.

Monsieur Müller, quelle est la situation actuelle en ce qui concerne la promotion pour les  stations de traitement des eaux usées qui exploitent énergétiquement leur gaz de digestion?

Les consultations sur l’encouragement futur de l’exploitation du gaz de digestion battent leur plein au Parlement. A ce jour, les stations d’épuration qui investissent dans des installations en conséquence bénéficient d’une subvention allant jusqu’à 20% du montant des investissements non amortissables. Le Conseil fédéral a, toutefois, envisagé de supprimer cette subvention dans le cadre de la Loi sur l’énergie LEne, ce qui, entre-temps, est fortement remis en question. A juste titre, car cet encouragement est important pour que les investissements refluent sur la durée de vie de l’installation.

Quelle tendance se dessine-t-elle face à nouvelle Loi sur l‘énergie (LEne)?

Etant donné que l’alignement de LEne pourrait encore prendre un certain temps et que certaines sources d‘énergie ne seraient plus subventionnées à partir de 2023, le Conseiller national, Bastien Girod, a lancé une solution transitoire. La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national, et sur l’initiative de notre membre du Comité, Stefan Müller-Altermatt, a fort heureusement approuvé, que la production d’électricité renouvelable, issue des gaz de digestion et d’usines d’incinération  des ordures ménagères (UIOM), puisse toujours encore être subventionnée. Le résultat du vote réalisé par la Commission est un signal clair en faveur des CCF face à la solution transitoire, laquelle pourrait certainement déjà entrer en vigueur l’hiver prochain, tout comme pour la future Loi révisée sur l’énergie.

Situation à l’heure actuelle: Que recommandent les exploitants de stations d‘épuration?

Pour l’instant, des subventions sont encore allouées. Toutefois, le temps presse pour les exploitants de stations d’épuration qui doivent remplacer sous peu leur ancien CCF ou qui projettent l’installation d’un CCF neuf. Car, la demande de permis de construire ou la progression du chantier doit être présentée avec la requête. Conformément à la directive en vigueur, la construction ne peut, cependant, débuter qu’après l’approbation de cette demande, sinon, la subvention sera supprimée. Le montant de la subvention augmentera ou diminuera ces prochaines années, en fonction de la décision parlementaire. Le moment idéal pour la réalisation du CCF, respectivement de la soumission de la demande doit, par conséquent, être planifié de façon prévoyante.  Le siège administratif d’InfraWatt peut être contacté par mail info@infrawatt.ch sur la situation de cet encouragement.

Production d’électricité et exploitation de la chaleur issues des gaz de digestion par rapport au traitement et à l’alimentation dans le réseau à gaz naturel – qu’est-ce qui est plus rationnel?

A cet égard, il est utile de prendre en considération la valeur intrinsèque des différentes énergies. L’électricité a une très haute valeur et peut être utilisée pour l’entraînement de moteurs, p.ex. de pompes à chaleur ou de voitures électriques, dont le rendement est près de quatre fois supérieur en comparaison aux chauffages ou aux voitures conventionnelles. Si, par conséquent, de l’électricité est générée au moyen de gaz de digestion et qu’ainsi des pompes à chaleur ou des voitures électriques peuvent être actionnées ailleurs, ceci est nettement plus efficace et peut réduire bien plus de CO2 qu’avec l’alimentation du gaz de digestion dans le réseau à gaz naturel et utilisé pour le chauffage et pour les voitures. De plus, les rendements électriques des CCF augmentent de la sorte, et la part de chaleur inexploitée continue de baisser. L’électricité produite à partir de la récupération de la chaleur résiduelle avec le CCF est, par conséquent, une option extrêmement rationnelle pour les stations d’épuration.

Où le plus grand potentiel énergétique se situe-t-il à l’avenir pour les stations d’épuration?

Dans la récupération de la chaleur résiduelle extraite des eaux usées à l’aide de pompes à chaleur. Chaque dixième bâtiment en Suisse pourrait être chauffé à l‘avenir de cette manière. Des quartiers entiers pourraient ainsi, en grande partie, être approvisionnés  neutres en CO2 à l’aide de réseaux de chaleur. Ceci ne doit pas revenir plus cher en comparaison aux chauffages au mazout et au gaz naturel, d’autant plus que les réseaux de chaleur bénéficient, eux aussi, de subventions. De rendre ce potentiel plus connu et de fournir une contribution importante par rapport à l’objectif visé «Zéro Emission Nette» représentent une mission importante pour InfraWatt, en tant qu’Association faîtière de la branche des eaux usées et du chauffage urbain.

Sur la personne: Ernst A. Müller est l’initiateur de l‘Association InfraWatt. Il était le Directeur depuis sa fondation en 2010. Or, il a remis ce mandat à Laure Deschaintre en date du 1er avril 2021, tout en restant rattaché à ces thèmes.

En savoir plus: Centrales couplages chaleur-force